Menu Fermer

Vis ma vie de gestionnaire

Par David B., Gestionnaire copropriété au sein d’un cabinet parisien

Je suis actuellement gestionnaire de copropriété à Paris 16ème.  Mon arrivée dans la profession de syndic s’est effectuée au terme d’un parcours un peu atypique ! J’ai en effet en premier lieu travaillé dans la restauration ; les horaires étaient difficiles, et je ne me voyais pas du tout poursuivre une carrière ni une vie de famille dans ces conditions. Par la suite, un groupe d’amis que je fréquentais a repris des études, cela m’a motivé et j’ai décidé de m’inscrire en faculté de droit, à Nanterre. La Licence obtenue, j’ai décidé de travailler dans l’immobilier, car j’aime beaucoup l’architecture. J’ai alors intégré un premier cabinet de gestion dans le cadre d’un certificat de qualification professionnelle, en alternance avec des cours du soirs dispensés par la FNAIM. Puis j’ai été pris dans un premier cabinet comme Gestionnaire.

Alors que j’appréhendais quelque peu le métier dont j’ignorais beaucoup et la tenue des assembles générales, j’ai rapidement compris que l’univers de la copropriété était avant tout une aventure humaine. L’équipe de gestionnaires était bienveillante, et l’entreprise de taille humaine. J’ai donc pu progresser grâce à eux et devenir rapidement autonome dans la gestion des dossiers.

J’ai ensuite rejoint successivement deux groupes (le premier s’étant fait racheter par le second). J’ai volontairement rejoint de grosses structures pour acquérir des process : les équipes étaient étoffées (directeur copropriété, directeur général, service contentieux, service sinistres, service paies…). La synergie des équipes est indispensable dans le bon fonctionnement d’une entreprise. J’ai ensuite décidé d’intégrer le cabinet au sein duquel je travaille actuellement : l’entreprise SAFAR. Il s’agit d’un groupe, j’y ai donc retrouvé les process qui me conviennent, mais c’est aussi une entreprise familiale, à taille humaine, et c’est très appréciable, l’ambiance est bonne et c’est important !

Cela fait 16 ans aujourd’hui que je suis gestionnaire, et j’adore mon métier. Nous sommes comme des chefs d’orchestre, il nous faut organiser et planifier au quotidien la vie de nos immeubles. Souvent, nous devons prendre des décisions simultanées ou de manière successive : dans l’urgence, il faut parfois agir sereinement tout en prenant soin de respecter les usages, la législation, et aussi les demandes des copropriétaires. Il est parfois délicat de prendre des décisions, ou de devoir donner des conseils. Le quotidien de gestionnaire n’est donc pas un long fleuve tranquille, et c’est ce qui me plaît !

J’aime tout dans ce métier : la gestion quotidienne des dossiers, les interventions techniques, la tenue des assemblées générales qui valident le travail effectué annuellement. Les assemblées sont aussi un lieu de convivialité et une possibilité de retrouver tous les copropriétaires, pour échanger et connaitre les attentes des uns et des autres. Ce sont des moments privilégiés. Et si je devais dire que qui me plait le plus : c’est peut-être le fait de me sentir responsable de la conservation de l’immeuble. Appliquer efficacement les décisions des assemblées générales tout en organisant celles à venir et, en somme, être un acteur prépondérant de la vie de l’immeuble. Cela prend largement le pas sur les missions moins gratifiante comme stopper une fuite d’eau ou effectuer un dépannage. Ces actions sont toutefois aussi les plus visibles et font souvent l’objet de remerciements de la part des copropriétaires. 

Pour finir, je constate que le métier s’est modernisé : la dématérialisation des documents a apporté de la souplesse, de la simplicité, de la transparence aussi à un métier encore méconnu.  On peut observer une complexification du droit de la copropriété ; j’espère que cette dynamique ne mettra pas à mal notre engagement et notre passion pour la copropriété. Le mot de la fin ? Faites de la copro !

vivreencopropriete@gmail.com
YouTube
YouTube
LinkedIn
LinkedIn
Share
Instagram